Une clinique pour répondre aux besoins des femmes réfugiées syriennes en Jordanie

Lundi, 2 mars 2015
Javier García

Alianza por la Solidaridad collabore à Jerash avec une clinique offrant des soins médicaux et sociaux gratuits aux femmes expulsées de leur pays par la guerre.

refugiadas sirias

Il est 10 heures. Les patients ont déjà commencé à atteindre la Clinique de soins de santé, que l´ Organisation jordanienne Institut pour la santé familiale, a lancé dans la ville de Jerash, 70 km au nord d'Amman, avec le soutien Alianza por la Solidaridad . Beaucoup d´entre elles, sont des femmes réfugiées syriennes, en fuite d´un conflit qui a commencé il y a déjà près de quatre ans dans leur pays, une guerre qui continue à créer destruction et misère.

Cette petite clinique est située au premier étage d'un immeuble en construction. Elle a été lancé grâce au financement du Fonds d'intervention d'urgence de l'Agence européenne pour la coopération (OCHA), et est une initiative conjointe du PFSI et Alianza por la Solidaridad. Notre ONG collabore avec elle pour renforcer les services destinés à une détection précoce des cas de violence domestique et de fournir une prise en charge globale gratuitement aux femmes qui souffrent de divers types de violence sexuelle, en particulier chez les femmes et les jeunes filles.

Lors de la visite nous voulons constater "in situ" comment se porte la clinique et quel est le degré de satisfaction de la population. Il fait froid et quand nous arrivons, il nous attend déjà, près de la chaleur de la poêle à gaz butane, l´équipe au complet. Il y a une gynécologue, une infirmière, une psychologue, une avocate, un travailleur social et une bénévole syrienne, qui parlent la langue de la population réfugiée.

L'équipe nous explique avec enthousiasme l'attention de ceux qui viennent à sa porte. Leurs problèmes sont de santé, mais pas seulement. Ces personnes traînent des histoires dramatiques de l'abandon de leur maison, de perte de la famille, pour autant, la première chose est de comprendre leurs besoins et ensuite les orienter vers le service dont elles ont besoin. Dans cette clinique, qui grandit au fur et à mesure qu´il arrive l'aide de la coopération, ces personnes réçoivent des soins médicaux, mais aussi psychologiques et juridiques en cas de besoin, ce qui est souvent. Merci au travailleur social et la bénévole, qui parlent leur langue,elles sont appelées à d'autres services lorsque la situation l'exige.

Pendant toute la matinée, nous avons réalisé qu´il y a une autre tâche entre les murs de ce bâtiment gris qui dépasse le mot «Clinique». Il est également prévu des ateliers de sensibilisation et d'information liées à la violence de genre, la planification de la famille et le mariage à un âge précoce, et même des cours de langues ou de l'artisanat. C´est un espace sûr où les femmes et les filles ont l'occasion de mener à bien des d'activités de développement personnel auxquelles elles n´auraientt pas accès ailleurs. "Si cette clinique n´existait pas, elles devraient payer pour le traitement de la santé, comme les autres réfugiés, et de tous les Jordaniens," on nous ranconte. Un obstacle insurmontable pour certaines personnes qui ont fui leur pays pratiquement sans rien.

Un refuge contre la violence domestique

Ces femmes et ces jeunes filles font partie des 3.000.000 de personnes syriennes qui ont fui leur pays depuis le début de la guerre en 2011, selon les dernières données officielles. Seulement Jordanie, selon le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), sont 623 447 et dans la ville de Jerash, jusqu'ici seulement connue pour ses belles ruines romaines, 10 739 personnes ont été comptés. Toutes adoptées plus tôt par les camps de réfugiés du HCR, mais ont choisi de ne pas rester dans un camp où la surpopulation et l'insécurité rendent la vie très difficile lorsque le retour ne est pas à l'horizon immédiat.

Dans la salle d'attente, nous avons parlé avec trois réfugiées; leurs visages sont lumineux, ce qui contraste avec la dure réalité qu'elles vivent. Avant d'arriver à Jerash, elles ont vécu dans les camps de réfugiés et elles nous répètent qu'il n´y avait pas les conditions pour vivre dans la dignité. Aucune d'entre elles n´avait pas de famille en Jordanie, alors elles ont dû quitter les camps illégalement et ne peuvent donc pas travailler légalement dans leur pays d'accueil. "Nous avons vu beaucoup de violence contre les femmes syriennes," disent-elles.

La Clinique de soins de santé de l'Institut pour la santé familiale leur ouvre ses portes et Alianza por la Solidaridad travaille pour arriver à ce que les personnes qui s´occupent d´elles peuvent détecter les cas de violence familiale qui, rarement, elles vont mettre sur la table, et également agir pour qu´elles reçoivent des soins complets qui leur permette de laisser derrière les agressions commises par leurs partenaires ou ex-partenaires. L'autre, la violence de son exil forcé mettra fin quand la guerre soit finie.

AIDEZ-NOUS À CONTINUER NOTRE TRAVAIL AVEC LES RÉFUGIÉES SYRIENNES


Laisser un commentaire

Les plus vues de la semaine

Action humanitaire

Nuestras líneas de trabajo Asistencia a refugiadas sirias en Jordania El 86% d...

Droits de femmes

Nuestras líneas de trabajo Los derechos humanos empiezan desde nuestros cuerpos...

Se il est clinique, devrait payer pour le traitement de la santé, comme les autres réfugiés, et tous les Jordaniens "


Últimas noticias

Maricel Sandoval Solarte a 29 ans et a 15 lutte pour les droits de son peuple sur la Colombie Cauca. Depuis, il conçu...

Alliance pour la solidarité pense que la façon de lutter plus efficacement contre les inégalités et à assurer le de...

 Más noticias
L’Alliance de solidarité utilise des cookies tierces afin de personnaliser le contenu, améliorer l’expérience utilisateur, offrent des fonctions de médias sociaux et analyser le trafic et propres. En outre, nous partageons des informations sur l’utilisation de ce site Web avec les partenaires d’analytique web, publicité et médias sociaux. De poursuivre votre recherche vous devez accepter notre Politique de cookies
Je n’accepte pas    J’accepte
Empresas rentables pero responsables con los recursos
Aliadas
Únete, haz voluntariado
Visita nuestra Tienda Solidaria