Haití: ¿El país de la emergencia permanente?

Lundi 29 janvier 2018

10PtoPpeRío

« En seulement huit ans, Haïti a subi un tremblement de terre (2010) brutal qui a tué plus de 316 000 personnes, plusieurs ouragans destructeurs (Matthew en 2016 et) Irma et Maria en 2017) et certains de ceux qui chaque année sont plus suivies et plus graves sécheresses. Résultat : 1.3 sur 10 personnes n’ont pas assez à manger, ce qu’on appelle en termes officiels « insécurité alimentaire aiguë » et elle conduit au pays une grave crise humanitaire. » Cela indique notre collègue Rosa Maria Tristan la situation en Haïti, en situation d’urgence permanente, dans son article pour le Huffingtonpost.

Un léger aperçu de ce qu’il a passé à Haïti en 2010. Et pourtant, « A comienzos de 2018, menos del 10% de las 100.000 casas destruidas por el huracán Matthew de 2017 han recibido ayuda para un acondicionamiento adecuado para vivir y las perspectivas son nefastas en un 2018 donde se prevén fuertes sequías y más lluvias torrenciales. »

Actualmente Haití es un olvidado. La ayuda humanitaria prestada está reduciéndose con todo lo que queda aún por hacer. La comunidad internacional está abandonando el devastado país y sólo unos pocos seguimos trabajando duro para la reconstrucción de Haití apoyando a las organizaciones locales. Allí, la realidad se muestra triste, personas que « cada amanecer se enfrentan a la ingente tarea de trabajar para romper esa sensación general de que lo suyo no tiene remedio, que viven en un pedazo de tierra acosado por los desastres naturales geológicos y ambientales y, sobre todo, preso de su historia y avasallado por un mundo económico en el que se abre paso la corrupción consentida y el mercantilismo a costa del hambre ajeno. »

Mientras oímos cosas como que « un presidente de una potencia como Estados Unidos, por cierto directamente implicado en su situación, lo llama « país de mierda » Je ne me souviens pas moins que ces rues inondées de produits de déchets plastiques qui, avec des tarifs peu atteindre les foyers haïtiens de son riche voisin du Nord, ou des sacs de riz avec des étiquettes ‘Made in USA’ (il est également très bon marché pour l’importer, bien que le marché local naufrage) et je ne peux pas oublier les délégués des sociétés de textile travaillant pour Wal-Mart et JCPenney texana que j’ai rencontré, par hasard, à l’aéroport de Port-au-Prince et j’ai parlé de ‘bon marché il’ qui est sorti en Haïti sur le travail de Mexique ». En particuliers, 3,8 euros par jour. »

Selon le secteur humanitaire, l’aide ne doit pas être moins des 206 millions d’euros en 2018. Ces 206 millions sont pour « investi dans « reprise durable 2,1 millions de personnes » . Ils sont moins de 100 euros pour chacun de ces hommes en 365 jours, ou 30 cents par jour. Vraiment, obtenir que Haïti arrêt étant ‘un pays en situation d’urgence permanente’ Il ne peut pas être impossible. »

 

 

Vous pouvez lire l’article complet ici.


Laisser un commentaire

Les plus vues de la semaine

Action humanitaire

Nuestras líneas de trabajo Asistencia a refugiadas sirias en Jordania El 86% d...

Droits de femmes

Nuestras líneas de trabajo Los derechos humanos empiezan desde nuestros cuerpos...

Últimas noticias

Maricel Sandoval Solarte a 29 ans et a 15 lutte pour les droits de son peuple sur la Colombie Cauca. Depuis, il conçu...

Alliance pour la solidarité pense que la façon de lutter plus efficacement contre les inégalités et à assurer le de...

 Más noticias
L’Alliance de solidarité utilise des cookies tierces afin de personnaliser le contenu, améliorer l’expérience utilisateur, offrent des fonctions de médias sociaux et analyser le trafic et propres. En outre, nous partageons des informations sur l’utilisation de ce site Web avec les partenaires d’analytique web, publicité et médias sociaux. De poursuivre votre recherche vous devez accepter notre Politique de cookies
Je n’accepte pas    J’accepte
Empresas rentables pero responsables con los recursos
Aliadas
Únete, haz voluntariado
Visita nuestra Tienda Solidaria