Femmes qui émigrent. Rapport Maroc 2018

Mardi18 décembre 2018

« Vous ne peut pas vivre dans la peur parce que tu meurs ».

Informa Helena Maleno 2018 - Alzando voces - PODER

"Courage », « Force » ou « Espère » est quelques-uns des mots qui identifient les femmes migrantes, participant à la informe sur vos droits d’accès au Maroc, préparé par le chercheur et journaliste Helena Maleno.

 

L’étude, menée sur 2018 dans 10 villes, certains que bordent, se concentre principalement sur l’analyse du discours des femmes migrantes et de loin aux yeux des institutions et des sociétés marocaine et européenne qui les placent parmi les compassion, rejet et violence, vise à rendre visible les politiques de la femme se déplaçant comme sujets de droit, qui résistent et créent des violences avant qui vivent et se targue des droits qui leur appartiennent.

 

Le informe Il n’est pas étranger à la violence, les voix des femmes montrent qu’ils savent la brutalité des politiques de migration et comment exercer le mouvement est puni en particulier sur leur corps et leur vie : « Nous que nous violer, c’est vrai. Peu d’évasion. Aussi meurent plus, plus facilement. Dans le désert ou dans l’eau. À chaque passage en frontière, si vous restez au bord de l’eau vous sont exposés à davantage de violence par une femme. Chaque homme, voyez-vous, noir ou blanc, Bandit ou militaires, peuvent devenir un agresseur ».

Dans ce sens, l’étude fait visible violation majeure des droits fondamentaux qui génèrent des situations de grande vulnérabilité. Mais les femmes rejettent l’étiquette de la victime. Constituent des violations des droits qui les rendent vulnérables, qu'ils ne sont pas vulnérables par sont.Informa Helena Maleno 2018 - Alzando voces - Todas

 

Ainsi, les stratégies de résistance individuelle et collective au niveau de la société civile organisée mais aussi des structures « informels » et des réseaux de solidarité qui se développent en transit et de destination pour survivre sont révélés. Parmi ces stratégies, migration elle-même est conçue comme une résistance contre les situations de violence, la pauvreté et l’exclusion sociale rencontrés par les pays d’origine. « Et la normalisation de la violence au cours du processus de migration, les violences sexuelles en particulier, est aussi une adaptation pour la survie : »Vous ne peut pas vivre dans la peur parce que tu meurs, doivent vivre en sachant que vous fin ou au début ça va passer ».

 

Accès à l’emploi et l’éducation, de santé et de conception sur les soins, la maternité et la famille sont des questions également abordées dans le rapport. « Et une réflexion collective sur les stéréotypes et les images négatives à leur sujet, concernant les femmes, et quelles sont leurs forces pour faire face à eux : »Il est vrai que nous avons sont victimes de nombreuses violations des droits, est la vérité que nous sommes noirs et il y a beaucoup de racisme. Mais nous demandons à être traités comme des personnes, être pris en charge. Nous sommes forts, nous sommes puissants et ont beaucoup à offrir. »

Enfin, la recherche contient un ensemble de recommandations en matière de réception, de participation, d’intégration égale au Maroc ; et la protection contre la violence qui traversent par leur condition de migrants et des femmes. Parmi eux, nous mettons en évidence la nécessité de partenariats multipartites modifier les approches à des approches de protection des droits ; barrières de rupture d’alimentation ; augmenter le soutien à la direction de femmes migrantes et de leurs organisations : encourager les possibilités d’emploi plus ; assurer l’accès à la documentation et la santé des femmes et des enfants et une action intégrale qui intègre l’approche sexospécifique.

La politique frontalière est absurde, il suffit de tirer l’argent par la fenêtre. Ceux qui contrôlent les frontières sont impliqués en faisant de nous rendre en Europe, alors quoi entreprise C’est cela. « La politique frontalière a un grand impact sur nos vies parce que cela entraîne la violation de nos droits, voire conduit à la mort ».

 

La recherche a été présentée par Helena Maleno à Marrakech, le 8 décembre à Marrakech, dans le cadre de la conférence intergouvernementale pour l’adoption du Pacte mondial sur les migrations. Il a fait par le biais de vidéo, car qui n’était pas autorisé l’accès à la salle de la conférence.

 

Dans cette 18d, nous commémorons les femmes. Pour tous ceux qui, avec leur propre corps, à la frontière des régimes au défi de trouver les meilleures opportunités pour eux-mêmes et pour leurs propres. Et à tous ceux qui ont aussi mis leur corps pour défendre ces droits. Pour le droit d’avoir des droits et pour le droit de les défendre, Merci Hélène.

 

RAPPORT RAISING VOICES

Des voix qui s’elevent


Laisser un commentaire

Les plus vues de la semaine

Pérou discussion la dépénalisation de l'avortement en cas de viol

Actualmente, en el país, el aborto es legal solo en los casos en los que la vida...

Développement local durable

Nos lignes de travail, à contribuer au changement global des initiatives l...

Últimas noticias

Maricel Sandoval Solarte a 29 ans et a 15 lutte pour les droits de son peuple sur la Colombie Cauca. Depuis, il conçu...

Alliance pour la solidarité pense que la façon de lutter plus efficacement contre les inégalités et à assurer le de...

 Más noticias
L’Alliance de solidarité utilise des cookies tierces afin de personnaliser le contenu, améliorer l’expérience utilisateur, offrent des fonctions de médias sociaux et analyser le trafic et propres. En outre, nous partageons des informations sur l’utilisation de ce site Web avec les partenaires d’analytique web, publicité et médias sociaux. De poursuivre votre recherche vous devez accepter notre Politique de cookies
Je n’accepte pas    J’accepte
Empresas rentables pero responsables con los recursos
Aliadas
Únete, haz voluntariado
Visita nuestra Tienda Solidaria