Restez informés

Nous exigeons la justice dans le cas de la stérilisation forcée au Pérou

Mona Lisa Diéguez - Pérou ApS

esterilizaciones forzadas perú

Dans les années 90, des milliers de femmes péruviennes ont été stérilisées sans leur consentement en vertu de la mise en œuvre du national de santé génésique et la planification familiale (1996-2000) le gouvernement d'Alberto Fujimori.

Il existe des preuves pour indiquer que c'était une politique de l'Etat qui a souligné la stérilisation chirurgicale, alors appelé la contraception chirurgicale volontaire (CCV) aussi vite que le contrôle de la population et avait des objectifs quantitatifs que le personnel de santé devraient être tenus de remplir.

Le rapport produit en 2002 par un sous-comité du Congrès de la République du Pérou, note que cette politique a une implication directe Alberto Fujimori[1], Montrant les contradictions entre le discours qui a déclaré que «les femmes seraient maîtres de leur propre destin"[2] avec les mesures prises dans la mise en œuvre du programme.

La politique publique Fujimori était une politique discriminatoire en ce que le droit de décider n'a pas été observée, affectant principalement les femmes pauvres, autochtones et les zones rurales du pays, A qui offrait VSC seul choix contraceptif et sont poussés à le faire. Le but ultime du gouvernement de l'époque était de contrôler la fécondité, taux de natalité et la croissance de la population "à tout prix".

Au moins 18 femmes sont mortes à la suite de stérilisations forcées. Parmi eux, Marie Mestanza, une paysanne qui a subi une ligature des trompes en mauvais état. Le personnel de santé ne respecte pas votre droit à l'information et le libre choix, avoir subi des pressions, de harcèlement et même menacé de procéder à une telle procédure sans examen médical préalable et la post-opératoire suivi correspondant.

Cette affaire a donné lieu en 1999, un groupe d'ONG[3] dénoncé l'État péruvien à la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) pour violation du droit à la vie, l'intégrité personnelle et l'égalité devant la loi, notant que ce n'était pas un cas isolé, mais a été numéro un parmi les cas

Déjà en 2003 un accord de règlement amiable, dans laquelle l'État péruvien a reconnu sa responsabilité pour la violation des droits de Marie Mestanza et a promis de prendre des mesures correctives pour bénéficier les victimes, enquêter pleinement souscrit, va pénaliser les responsables et prendre des mesures préventives afin que ces événements ne se reproduisent pas à l'avenir.

Cependant, accès à la justice est toujours en cours pour les victimes et leurs familles.

Este 22 de enero de 2014, a pesar de que la Fiscalía había recibido más de dos mil testimonios de víctimas y existen informes de la Defensoría del Pueblo que documentan denuncias concretas, el fiscal Marco Guzmán Baca ha decidido archivar nuevamente las investigaciones, esta vez dirigidas a Alberto Fujimori y sus ex ministros. Este hecho, además de constituir una vulneración al acuerdo amistoso que suscribió el Estado peruano, es una acción de impunidad frente a una vulneración flagrante y sistemática de derechos de las mujeres.

Pour lire le manifeste, cliquez ici. Pour lire le manifeste, cliquez ici.

Il est nécessaire de réaffirmer que L'Etat est tenu de garantir les droits sexuels et de reproduction sans discriminationn. Ninguna persona ni ningún Estado debe vulnerar los cuerpos de las mujeres pretendiendo tener control sobre los mismos ya sea a través de acciones y/o políticas que apliquen esterilizaciones forzadas, embarazos forzados u otras formas de control. El acceso a la justicia y aplicación de esta, es un derecho de todas las personas que el Estado debe garantizar sin discriminación por género, condición socioeconómica, etnia u otra razón. Es inadmisible seguir evidenciando retraso en el acceso a justicia para mujeres pobres del país e impunidad frente a la violación de sus derechos humanos.

Las mujeres tenemos derecho a la vida, a la salud, a decidir sobre nuestro cuerpo y a decidir el número de embarazos que deseamos tener, entre otros derechos. La esterilización o anticoncepción quirúrgica, dentro de la oferta anticonceptiva vigente constituye una opción efectiva a la que podemos acceder para evitar embarazos de manera definitiva, bajo una decisión libre, voluntaria e informada, respetándose así nuestra autonomía e integridad. Cuando la anticoncepción quirúrgica es realizada sin consentimiento de la mujer o bajo presión, es decir, de manera forzada, se convierte en una invasión al cuerpo de la mujer, que vulnera su autonomía y la decisión sobre su propio cuerpo, violando derechos humanos fundamentales reconocidos a nivel nacional e internacional.

Alliance pour la solidarité se joint à la demande pour les organisations de femmes au Pérou et de la région pour l'accès à la justice et à réparation des victimes de stérilisation forcée. Il faut rester vigilant pour atteindre cet objectif.



[1] Le rapport indique dans ses conclusions: «Il existe des preuves que des réunions ont eu lieu avec la présence du président Alberto Fujimori, ministres d'État et les directeurs régionaux de la santé dans Ancon, Paracas et Pachacamac qui étaient destinés à favoriser les méthodes définitives. Sont connus à l'ingérence de l'exécutif pour l'application compulsif de VSC ".

[2] Les mots prononcés dans le Message à la Nation du 28 Juillet 1995.

[3] DEMUS, CLADEM et APRODEH, qui a ensuite crédité en tant que co-requérants au Centre pour les droits reproductifs (CRLP) et le Centre pour la justice et le droit international (CEJIL)


2 réponses à "Nous exigeons la justice dans le cas de stérilisation forcée au Pérou"

  1. Fabiola Landivar dit :

    Je me demande quelle a été la déclaration du mouvement des femmes dans cette question sur le statut politique de la stérilisation des femmes. En particulier, l'organisation Flora Tristan, Virginia Vargas et d'autres féministes.

Laisser un commentaire

Les plus vues de la semaine

Pérou discussion la dépénalisation de l'avortement en cas de viol

Actualmente, en el país, el aborto es legal solo en los casos en los que la vida...

Bernardo Caal: emprisonné pour défendre l'environnement

Bernardo Caal est dans l'une des prisons les plus dangereuses de Guat depuis près de 2 ans...

En faveur de la dépénalisation de l’avortement

Alliance pour la solidarité travaille en faveur des droits et de droits sexuels r...

Aucune personne ni aucun État ne empiéter sur le corps des femmes qui prétendent avoir le contrôle sur eux ...


Últimas noticias

La situation dans le nord du Mozambique se détériore...

Maricel Sandoval Solarte a 29 ans et a 15 lutte pour les droits de son peuple sur la Colombie Cauca. Depuis, il conçu...

 Más noticias
L’Alliance de solidarité utilise des cookies tierces afin de personnaliser le contenu, améliorer l’expérience utilisateur, offrent des fonctions de médias sociaux et analyser le trafic et propres. En outre, nous partageons des informations sur l’utilisation de ce site Web avec les partenaires d’analytique web, publicité et médias sociaux. De poursuivre votre recherche vous devez accepter notre Politique de cookies
Je n’accepte pas    J’accepte
Empresas rentables pero responsables con los recursos
Aliadas
Únete, haz voluntariado
Visita nuestra Tienda Solidaria